L’oreille Interne

 

L’oreille interne et les canaux semi circulaires

L’oreille interne est composée de deux parties :

-une partie antérieure, le limaçon, siège de l’audition. Je ne développerai pas son intérêt en posturologie dans cette page.

-Une partie postérieure comprenant le vestibule et les canaux semi circulaires au nombre de 3 par oreilles. Il existe naturellement des petits cristaux dans le vestibule qui permettent dans les mouvements linéaires de la tête d’informer le cerveau sur la position de la tête.

Avec l’âge, les traumatismes et d’autres causes encore certainement (médicaments toxiques pour l’oreille?), ces petits cristaux peuvent migrer dans les canaux semi circulaires. Cela engendre un problème bien connu en ORL qu’est le VPPB ou Vertige Positionel Paroxystique Bénin. Mais ce n’est pas le sujet ici non plus.

Il semblerait que ces petits cristaux pourraient aussi entraîner (avant VPPB) une répartition asymétrique du tonus postural et de là donner les problèmes bien connus en posturologie classique ( sensation d’instabilité, céphalées, douleurs rachidiennes, vrille des épaules et du bassin etc). C’est un concept nouveau appelé Canalo Lithiase Vestibulaire Fine (CLVF) nommé ainsi par Mr GUERIN Lionel , la personne ayant découvert le phénomène. Mr GUERIN a mis au point un protocole fiable et reproductible, d’analyse ET de traitement par manipulations douces de ces CLVF qu’il m’a ensuite enseigné.

Ces CLVF sont pour moi souvent une priorité de traitement en amont d’une pose de semelles ou d’un traitement orthoptique. Le traitement des CLVF est à coup sûr une nouvelle technique pleine d’avenir dans la correction des désordres posturaux et semble être également une clé de traitement de certaines douleurs récidivantes insuffisamment régulées par ostéopathie.

6 réflexions au sujet de « L’oreille Interne »

    1. nicolas.victoire Auteur de l’article

      Bonjour,

      Il existe des techniques manuelles spécifiques pour s’occuper de ces cristaux. Les manœuvres libératoires de Sémont en sont les plus connues. Elles sont pratiquées par des personnes formées et équipées spécifiquement pour traiter les VPPB d’origine lithiasique.
      La formation de base en ostéopathie ne permet pas de régler ces problèmes, il faut se former après!

      Répondre
  1. GUERIN

    Bonjour Alain,
    Il ne faut pas tout réduire à la scoliose essentielle.
    De manière générale, la Posturologie dépasse la simple recherche des causes des douleurs des patients :
    On sait qu’une asymétrie tonique posturale peut rester silencieuse des années. On appelle ça la phase de résistance (ou de compensation). C’est seulement lorsque l’organisme du patient arrive à ses limites que les premières plaintes apparaissent ; c’est la phase de décompensation. A ce stade, une partie des déformations corporelles sont souvent définitives (un peu tard pour ton patient bancale). Il est donc dommage d’attendre autant pour intervenir.
    L’intérêt de la Posturologie est justement d’agir en préventif pour éviter d’en arriver là.

    Répondre
  2. millon alain

    Bonjour Nicolas,
    je suis d’accord avec pratiquement tout ce qui est dit sur ce site et je vous remercie de faire avancer la posturologie. Le seul domaine que je n’ai pas utilisé au cours de ma carrière c’est le traitement des VPPB, persuadé que l’oreille interne n’intervenait pas dans la posturologie fine, mais uniquement dans les troubles de l’équilibre. En revanche, j’ai eu à traiter souvent des « contractures » des muscles scalènes, qui, comme le dit le Dr Bricot, peuvent être responsables de l’échec d’un traitement postural. Est ce que dans le traitement des VPPB, il ne pourrait pas y avoir un lien indirect avec le traitement des scalènes?
    Je n’ai pas eu à traiter d’enfant scoliotique pris très précocement, mais je ne suis pas sûr que la posturologie puisse avoir une efficacité spectaculaire dans ce qu’on appelle les scolioses essentielles qui ont une origine génétique certaine.Et il m’est arrivé de voir des scoliotiques graves sans problème postural.
    Très bonne journée et félicitations pour votre site qui est très bien fait.

    Répondre
    1. nicolas.victoire Auteur de l’article

      Bonjour Alain,

      Merci de votre commentaire précieux.
      Le concept des CLVF est différent des VPPB. Malgré tout s’il semblerait que les même causes en soient à l’origine. Ces VPPB sont sont souvent dus à des lithiases dans le canal postérieur, or on retrouve des CLVF dans les trois canaux à répartition à peu près identique ( si mes souvenirs sont bons!). La formation de Mr GUERIN est tout simplement capitale pour pouvoir intégrer l’oreille interne dans l’examen du système tonique postural, mais le nombre de patients atteint n’est pas aussi important que les problèmes podaux ou d’incompatibilités de matières en bouche.
      Je n’ai pas encore eu l’occasion de traiter des patients atteint de VPPB par les techniques de libération des CLVF ceci dit je fait difficilement le lien entre les scalènes et les VPPB. Qu’est ce qui vous ferait penser à un tel lien?
      Pour les scolioses, je suis très étonné de ce que vous dites à savoir l’existence de scolioses graves sans problèmes postural. Vous voulez dire avec des pieds, des yeux, et une occlusion parfaits? Dans ma petite expérience je ne l’ai jamais vu et serai bien déboussolé face à pareil cas. Il est certain que si la part génétique est maximum, notre action restera au mieux palliative ce qui n’est pas si mal …

      Au plaisir de vous lire

      Répondre
      1. millon alain

        Bonjour Nicolas,
        J’avais constaté que l’on pouvait éliminer la perturbation des scalènes en les étirant, c’est à dire en effectuant une rotation de la colonne cervicale; si dans le traitement des CLVF il y a des rotations cervicales, peut-être que les scalènes se trouvent de ce fait étirés. C’est une idée de Candide en matière de CLVF!
        Pour illustrer ce qui peut paraître surprenant en matière de déformation et de posturologie, je peux vous parler d’un patient, 55 ans, lombalgique depuis qqs mois, poliomyélitique depuis l’enfance, avec un MID très raccourci et atrophié. En l’examinant pieds nus, je ne trouvais aucun trouble postural. Je l’examine avec ses chaussures dont la droite était compensée par une semelle plus épaisse et là je trouve un déséquilibre postural pouvant expliquer ses douleurs lombaires. Il me dit: « par un accès de coquetterie, j’ai demandé à mon cordonnier d’augmenter l’épaisseur de ma semelle D, pour moins boiter ». En revenant à des chaussures identiques, ses douleurs lombaires ont disparu rapidement. Je l’ai revu qqs années après pour à nouveau qqs douleurs lombaires, liées au temps passé assis plus important à cause de sa retraite. Quelques rééquilibrages du bassin l’on amélioré; je reste stupéfait que ce monsieur si « bancale » n’ai pratiquement jamais souffert de sa colonne. Mais son système postural s’était adapté. Pour certaines scolioses, il peut en être de même.
        Très bon week-end!

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>