Pourquoi j’ai mal au dos?

 

Si le mal au dos était le « mal du siècle passé » force est de constater qu’il est aussi le mal de ce siècle. La plupart d’entre nous ont eu ou auront mal au dos à un moment de notre vie. De la simple douleur aiguë à la lombalgie chronique, essayons de voir cela en détail. Nous allons voir les différentes lombalgies qui existent et leur traitements.

I – les lombalgies aiguës :

C’est une lombalgie d’apparition récente dont la cause est à déterminer : Elle peut être d’origine vertébrale traumatique, infectieuse ou mécanique; Ou non vertébrale (par exemple la colite néphrétique fait mal au dos alors que l’origine est rénale. Seul la cause mécanique vertébrale est prise en charge par l’ostéopathie les autres relèvent de la médecine conventionnelle, parfois des urgences.

I-a – La lombalgie aiguë mécanique d’origine vertébrale :

Très fréquente, il s’agit du lumbago classique. Le mal au dos survient soit après un effort de soulèvement parfois pour une simple chaussette, soit de manière spontanée sur un terrain de lombalgie chronique ( cf plus loin).
Il s’agit le plus souvent d’un dysfonctionnement mécanique entre deux vertèbres, incluant le disque vertébral, les articulations intervertébrales, les ligaments ainsi que les muscles profonds du dos.
La douleur lombaire est intense parfois immobilisante. Le repos stricte doit être le plus court possible, il est recommander de recommencer à bouger et à marcher le plus rapidement possible. Le traitement par médicaments est souvent très utile. L’ostéopathie intervient en même temps que le traitement médical. Il n’est pas rare qu’une douleur ou qu’une gène persiste pendant des semaines après. Le but de l’ostéopathe sera alors de corriger le dysfonctionnement mécanique vertébral.
Le lumbago se complique parfois d’une lombosciatique. La douleur irradie alors vers les fesses, la cuisse voir jusqu’au pied c’est alors une vrai sciatique. La douleur est intense et n’est pas soulagée par le repos. Il s’agit le plus souvent de la conséquence d’une hernie discale. Le traitement est le même, reprise d’activité la plus rapide + traitement médical, puis ostéopathie , la chirurgie intervient en cas de troubles neurologiques sévères associés ou de douleurs rebelles aux traitements.


II – les lombalgies chroniques:

C’est donc une douleur lombaire qui traîne pendant des mois voir des années, les causes là aussi sont très nombreuses elles peuvent être mécaniques ou inflammatoires, souvent un mélange des deux.

II-a : les causes inflammatoire rhumatismales

Représentées principalement par les rhumatismes articulaires et la spondylarthrite ankilosante.  Il s’agit de maladie auto immunes. Les douleurs font mal surtout la nuit et le matin, Ces maladies ont une prise en charge par le rhumatologue en première intention. L’ostéopathe ne soignera jamais une telle affection. Cependant des facteurs mécaniques peuvent s’associer à la maladie. L’ostéopathe en corrigeant ces dysfonctions mécaniques peut apporter un meilleur confort de vie.

II-b : les causes mécano- inflammatoire

C’est un ensemble de facteurs qui vont aboutir à la lombalgie chronique :
– Le déséquilibre postural. Par une adaptation neuromusculaire peu efficace à la station debout il entraîne une fatigabilité plus importante des muscles du dos, des contraintes articulaires plus importantes à certains endroits, et des Dysfonctionnements vertébraux récurrents, souvent les mêmes.
– L’arthrose.  Il s’agit de la destruction progressive des cartilages articulaires. Il s’y associe une raideur plus ou moins importante, et usure discale. L’arthrose est souvent invoquée comme cause dès qu’elle est visible sur les radios. Il n’y a tout simplement pas de liens entre la sévérité de l’arthrose et la quantité de douleur. L’arthrose est le phénomène de vieillissement naturel des articulations.
– Le surpoids. Évident, plus de pression sur les disques et articulations, donc plus de contraintes et de douleurs.
– La sédentarité. Elle va entraîner une perte musculaire surtout des muscles érecteurs du rachis, et enraidir progressivement la colonne.
– Les  positions prolongées. Assis en voiture ou au bureau. Elles entraînent raccourcissement musculaire particulièrement au niveau des ischios jambiers ou des ilios psoas et perte de la courbure lombaire.
– l’Age. C’est un facteur indirect qui va aggraver l’ensemble par diminution naturel du corps à récupérer et à se réparer rapidement. L’ostéoporose par exemple est une maladie essentiellement liée à l’âge.
– Le stress et l’anxiété et généralement les tensions psychiques. Le stress ne cause pas le mal de dos mais l’aggrave. Certaines dépression cependant peuvent donner des douleur dites psychogènes sans réels supports anatomiques mais ce cas est à suspecter en tout dernier.

Le traitement de la lombalgie chronique dépend de l’identification des causes principales et de leur résolution. L’exercice physique sera là indispensable.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.